Minute #feministe 09/03/2017 #henriettalacks

J’étais persuadée d’avoir déjà écrit un billet sur le sujet mais apparemment non!

Je profite qu’on soit en période du 8 mars (journée internationale de lutte pour LES droits DES femmes) pour parler d’une histoire qui me tient à cœur parce qu’elle parle d’une femme, noire, d’un milieu pauvre, avec la difficulté d’accès aux soins qu’on imagine. Mais surtout cette femme à l’insu de son plein gré a fourni à la recherche scientifique un outil de travail « vivant » qui est à mon sens le plus important à ce jour. C’est une héroïne qu’on a tenté d’invisibiliser, une de plus. Ses cellules récupérées de son cancer du col de l’utérus, qui l’a emportée en 1951 ont permis la recherche pour le vaccin contre la Polio, le travail sur la pénicilline, la première matière vivante à être expérimentée en impesanteur, le séquençage du génome humain, le travail sur les effets de la radioactivité et j’en passe.

Comme tout-e étudiant-e de biologie, j’ai au parcours de mes études notamment ma thèse croisé ce qu’on appelait au labo « HeLa cells ». Tout le monde avait du stock dans son labo, ou dans ses boîtes sauvegardées dans  le congélateur, facile à ressortir, remettre en culture, laisser se diviser, se diviser encore pour qu’on en ait assez pour mener l’expérience qu’on avait besoin d’effectuer et en garder de côté pour la prochaine fois. Une lignée cellulaire humaine. La première lignée cellulaire humaine immortelle (parce qu’en vrai les cellules sont programmées pour se diviser seulement dans certaines conditions et sont « programmées » pour mourir après un certain nombre de divisions parce qu’elles vieillissent et après un certain temps de division elles ne sont plus autant efficaces à remplir leur fonction = tout ça étant dérégulé dans les processus cancéreux). Elles sont importantes parce que pour comprendre certains phénomènes il faut pouvoir le tester sur une lignée stable de cellules, si au bout d’un temps on doit en prendre une autre pour recommencer, les résultats ne seront pas très fiables.

Je ne m’étais jamais (à tort) posé la question de la signification de Hela et d’où elles venaient ces fameuses cellules, facile à obtenir, à cultiver et exploiter pour des besoins de la science.

book-hela

Jusqu’au jour où une amie me prête un livre. LE LIVRE. « The Immortal Life of Henrietta Lacks » que j’ai avalé en quelques jours, bien qu’il soit en anglais, et qu’il fait partie des livres que seulement quelques jours après j’ai eu envie de lire à nouveau, j’en étais triste d’être arrivée au bout. J’ai attendu un peu plus que quelques jours mais quelques années et je me replonge dedans avec un autre regard depuis dimanche. Avec mon regard féministe exacerbé, mon regard humaniste qui pense à la famille d’Henrietta qui vivait dans des conditions précaires, ses 5 enfants orphelins après sa mort qui n’ont pas été informés que les cellules de leur maman étaient non seulement toujours en vie mais exploitées et un laboratoire avait même gagné des millions grâce à elles.

Une histoire de femmes et d’hommes mélangée à une histoire de sciences.

Il est écrit comme un roman par une journaliste Rebecca Skloot qui a mené 10 ans de travaux, de recherches, d’interviews, de rencontre, tout y est authentique dans les faits mais tellement bien écrit qu’on se plonge dans l’histoire.

Merci Henrietta.

Le témoignage poignant de sa fille Deborah:

deborahs-voice

Un film sur le sujet (avec Oprah Winfrey dans le rôle de Deborah Lacks)

Publicités

Marie Curie, la physique expliquée aux enfants.

L’invitation à participer au débat avec la Comédie des Ondes cette semaine, autour du spectacle « Les femmes de génie sont rares« , m’a fait penser à un petit livre autour de Marie Curie que j’ai dans ma bibliothèque. On connaît Marie Curie bien sûr pour son travail sur la radioactivité, ses deux prix Nobel (Physique et Chimie), la seule femme à avoir eu deux de ces récompenses encore à ce jour (plus de 100 ans plus tard). Mais ce dont on parle moins c’est sa volonté de transmettre. Elle était professeure à la Sorbonne mais donnait des cours à ses enfants et leurs amis pour leur faire découvrir la physique!

Et dans ce petit livre intitulé « Leçons de Marie Curie » on a des notes prises par les enfants, ainsi que des schémas. Les enfants avaient une dizaine d’années et ont reçu pendant 2 ans (1907-1908) des leçons enseignées par les parents. L’enseignement des sciences était bien sûr présent et était basé sur des expériences que les enfants réalisaient eux-mêmes.

DSC_0100

DSC_0101

Les enfants ont construit un baromètre…

DSC_0102

Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes?

Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes?

Voilà une question que vous vous êtes toujours posée je parie. J’aurais du me sentir concernée…  En langage scientifique, on appelle ça le dimorphisme sexuel de taille. Bizarrement malgré mon lien quasiment depuis ma naissance avec le monde de la recherche je ne me suis jamais imaginée une seule minute que des études étaient menées sur le sujet, j’en ai presque honte.

Bref, grâce à mon amie Elifsu, me voilà à consacrer mon dimanche matin au fameux documentaire passé sur Arte « Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes?« . Faisant moi même 1m57 de haut, et ayant vécu toute mon adolescence complexée par ma petite taille, à cause notamment des quolibets et moqueries de mes camarades de classe, évidemment, le sujet m’intéresse. Fort heureusement c’est vite passé, lors du passage au lycée quand je me suis retrouvée dans une classe moins homogène avec deux camarades (féminines, oh surprise) de même taille dont une était même plus petite que moi. Finalement être de petite taille ce n’était pas si mal.

Ce documentaire est basé sur le travail d’une chercheuse au Museum d’Histoire Naturelle, Priscille Touraille qui a fait de ce sujet son travail de thèse notamment. Depuis elle a écrit livres et publié sur le sujet.

Quand le film a démarré, j’ai commencé à jouer aux devinettes dans ma tête à trouver des explications. Très vite je me suis dit qu’il y avait une prédisposition génétique sûrement mais que l’environnement avait amené les femmes à être plus résistantes. Pour faire simple, une petite taille mobilise moins d’énergie en cas de temps difficile.  Bien sûr, mon passé de biologiste et mon esprit scientifique m’ont vite rattrapée, parce que si la réponse était aussi simple à formuler ça se saurait!

On nous rappelle que cette différence est compliquée à mesurer puisque les données qu’on a sur la taille des femmes ne sont que récentes et partielles. Autant pour les hommes on a les données de l’armée (service militaire pour tous), autant pour les femmes ce ne sont pas les quelques femmes militaires, les femmes en prison et les données des passeports (donc plutôt récent) qui vont nous donner un échantillon représentatif de comment leur/notre taille a évolué dans le temps.

La question de l’impact de l’environnement est comme on peut l’imaginer bien plus compliquée et c’est réducteur de la simplifier au simple mot « Environnement », même si celui ci doit être pris au sens large. Au cours de l’évolution, pour les espèces où les mâles ont à se battre en duel pour s’accoupler, il semble logique que les mâles les plus « forts » physiquement soient ceux qui dominent, qui s’accouplent, transmettent leurs gènes et tout et tout. Pour les femmes, le raisonnement devrait être similaire puisque pour faire court les femmes de petite taille sont moins pourvues physiquement pour l’accouchement, à cause de la taille de leur bassin qui rend le processus plus compliqué (passage de la tête, avec l’évolution de la taille du cerveau). L’explication de comment se passe physiquement l’accouchement, montre que c’est loin d’être un processus facile (!). C’est d’ailleurs une des premières causes de mortalité chez les femmes dans le monde, notamment dans les pays en voie de développement. Et pourtant malgré ça, on observe encore un dimorphisme de taille.

Ensuite on arrive au sujet de l’alimentation et de la concurrence pour l’accès à la nourriture. A cause de l’organisation sociale de la famille (là encore pour faire court), les femmes mangent moins de viande et dans certains sociétés sont même végétariennes quand les hommes de la même famille ne le sont pas. En gros les hommes contrôlent et ont la primeure sur l’accès à la nourriture et aux ressources.

Plusieurs disciplines sont abordées dans ce film, génétique, sociologie, nutrition, histoire pour arriver à une conclusion qui bien que coulant sous le sens quand on suit le raisonnement mais qui montre aussi que la lutte #egaliteFH trouve sa nécessité dans des siècles et millénaires d’histoire.

Je vous laisse regarder le film pour les détails ou lire le billet de blog ci dessous pour une analyse plus détaillée jusqu’à la conclusion.

Les liens

Le film sur Arte (attention encore visualisable qu’une semaine)

Le billet d’Elifsu (attention spoilers!  voir le film avant de lire), une analyse bien mieux structurée que mon paragraphe au dessus avec des liens et autres infos intéressantes.

La FAQ avec les réponses du biologiste de l’évolution Pierre Henri Gouyon.

Tics de biologiste de laboratoire ramenés à la maison #thèsedebio #maviedechercheur

Un jour y a longtemps j’ai fait une thèse de bio, donc ce billet mérite une place sur mon blog!

penser/classer

(work in progress)

  • Ranger les choses « à 4°C » au lieu de dire « ranger dans le frigidaire » comme tout le monde. Et à « -20°C » pour le congélateur
  • Marquer ses affaires (stylos, règles, ordis) avec du scotch et ton prénom ou nom ou initiales dessus
  • Rendre étanches tes bocaux etc. avec du Parafilm (j’en ai piqué qqs mètres en quittant de mon labo. Puis je me suis dit que j’en aurais jamais assez. Donc je radine à l’utiliser. #fail)
  • Noter la date des choses que tu ranges au frigo ou au congélo avec un marqueur indélébile sur la boite/le sac en plastique
  • Avoir toujours plusieurs marqueurs de couleurs et épaisseurs différentes chez toi
  • Noter son nom sur les verres en plastique en soirée (avec un marqueur indélébilie)
  • « Javeliser » les récipients où des micro-organismes non désirés ont poussé avant de les passer au lave vaisselle

=> Faudrait penser aussi à expliquer pourquoi on…

View original post 42 mots de plus

Quoimaligne et les transports en commun sur twitter.

N’ayant pas de sujet attitré sur ce blog et décidant de parler de ce qui me passe par la tête sans prétention, voilà un tuyau que j’ai découvert depuis que je prends les transports en Ile de France et que j’ai une appli twitter sur mon téléphone (Tweakdeck pour info) qui me permet de le suivre en déplacement.

J’ai donc découvert sur twitter le fil @quoimaligne en suivant le tag #qml

280px-Paris_Metro_SignLe principe est simple. Vous êtes dans les transports et vous avez un truc à raconter que ça soit un retard, un accident technique, une anecdote rigolote, une photo insolite, vous le twittez en utilisant le tag  #qml. Les gestionnaires du compte @quoimaligne RT en général tous les twitts. Donc on peut soit suivre le compte, soit suivre le fil #qml (ou les deux). On a en temps réel les infos trafic, qui sont bien plus efficaces et rapides que tout ce qu’on trouve sur l’appli RATP ou Transilien. Cela fonctionne pas uniquement pour les mauvaises nouvelles parce que la fin d’un ralentissement de trafic terminé peut être annoncé souvent avant les sites officiels ou même sur les panneaux d’affichage en station (le stress de voir en station qu’il y a un souci de trafic, se demander si le métro va arriver et rouler et finalement RAS). Il est très actif en Ile de France mais on voit arriver aussi les infos sur les villes de Marseille, Lille et même les lignes TGV.

C’est un concept participatif et le compte @quoimaligne est géré par des bénévoles donc il y a besoin de soutien pour son maintien actif sur twitter notamment, donc n’hésitez pas à faire un don en ligne ici.

Des conducteurs

@Gentilchanoir, conducteur du RER A qui écrit aussi sur un blog de Libération. On y apprend sur les coulisses d’un conducteur de RER, les problèmes rencontrés sous l’angle du conducteur (parce que nous utilisateurs avons souvent la critique facile dès qu’il y a une perturbation).

@SmileyTrains , conducteur transilien et RER.

Des utilisateurs « chroniqueurs »

Au fil des lignes @AuFilDesLignes

@ChroniquesduRER ainsi que son blog, sans prétention qui relate des anecdotes.

@lozeRER, simple usager.

@GaleRERAfr, et son site avec le fil #RERA

Tribulations dans le métro

A Marseille: @LigneUnRTM

Liens officiels des lignes en Ile de France:

Les lignes de métro, actifs de 6h à 21h.

Ligne 1 @Ligne1_RATP – Ligne 2 @Ligne2_RATP – Ligne 3 @Ligne3_RATP

Ligne 4 @Ligne4_RATP – Ligne 5 @Ligne5_RATP – Ligne 6 @Ligne6_RATP

Ligne 7 Ligne7_RATP – Ligne 8 @Ligne8_RATP – Ligne 9 @Ligne9_RATP

Ligne 10 @Ligne10_RATP – Ligne 11 @Ligne11_RATP – Ligne 12 @Ligne12_RATP

Ligne 13 @Ligne13_RATP – Ligne 14 @Ligne14_RATP

Les lignes de RER

RER A @RERA_RATP

RER D @RERD_SNCF

Les lignes de Tram

T1 @T1 _RATP – T2 @T2_RATP – T3a @T3a_RATP – T3b @T3b_RATP

Joyeuses aventures de voyages en transports en commun à tous!

NB: S’il y a des liens intéressants à ajouter d’usagers ou conducteurs, je les rajoute sans problème.